Histoire

Histoire du Département des Etudes romanes

Les débuts de la formation d'enseignants de français à Banská Bystrica remontent aux années 1960. Cette formation, bac + 4 à l'origine, se déroulait au sein de la Faculté de pédagogie, tout d'abord sous l'égide du Département de russe et, à partir de 1964, au Département des langues étrangères, où les futurs professeurs de collèges et lycées étaient formés dans trois sections : anglais, allemand et français. Cette formation fut interrompue pour une période de dix ans (1981-1990), les autorités politiques et idéologiques souhaitant à l'époque limiter l'accès des jeunes à l'apprentissage des langues étrangères.

La renaissance du Département date de 1990, quelques mois après la chute du régime communiste en Slovaquie. En 1995, le Département des Études Romanes a été créé au sein de la Faculté des Sciences Humaines de l'Université Matej Bel, dispensant comme à l'origine une formation destinée aux futurs enseignants de français. La formation théorique, complétée par des stages d'observation et de pratique pédagogique, fut assurée par des professeurs locaux, épaulés par des professeurs et lecteurs natifs.

La formation des enseignants étant bivalente en Slovaquie, c'est-à-dire qualifiante pour deux matières d'enseignement, les combinaisons les plus fréquemment associées au français furent, par le passé, le russe, le slovaque, l'éducation musicale et les arts plastiques, tandis qu'aujourd'hui , ce sont de loin l'anglais et le slovaque qui dominent. Une autre différence par rapport au passé est la durée de la formation initiale, passée de 4 à 5 ans (niveau licence : 3 ans, niveau master : 2 ans), sanctionnée par un diplôme, après la soutenance d'un mémoire de licence / master et d'un examen de fin d'études à la sortie de chaque niveau pour chaque matière étudiée.

Depuis 2008, à la suite de changements organisationnels au sein de l'Université, le Département des Études romanes dispense parallèlement à la formation des professeurs de français celle des traducteurs et interprètes (niveaux licence et master) en trois langues romanes : espagnol, français et italien. Une école doctorale en traductologie sera de plus bientôt ouverte aux candidats.

Le Département des Etudes romanes a depuis ses débuts liés de riches contacts de travail avec des établissements universitaires francophones, notamment avec l'Université de Haute Bretagne de Rennes, l'Université de Nantes, l'Université de Reims, l'Université Libre de Bruxelles (échanges Erasmus étudiants et enseignants) ainsi qu'avec l'INALCO (Institut national des Langues et Civilisations orientales) de Paris (projets de recherche internationaux notamment).